Pays Nordiques et Baltes s’unissent pour créer une communauté régionale du digital

digital« Les pays nordiques et baltes sont les leaders européens du digital. Une coopération plus étroite fournira de meilleurs services aux résidents à travers les frontières nationales et créera plus d’emplois. L’objectif pour les régions nordiques et baltes est de devenir une région digitale unie et puissante » a déclaré Jan Tore Sanner, le ministre norvégien des affaires communales à l’occasion de la première réunion des ministres responsables de la digitalisation et des responsables politiques venus de Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Islande, des îles Féroé, du Groenland, de l’île d’ Åland, d’Estonie, Lettonie et Lituanie qui s’est tenue à Oslo en Avril 2017. Cette conférence intitulée « digital north » et qui réunissait à la fois le monde des affaires et le monde politique ne sera certainement pas la dernière….

Une coopération sans surprise

Cette réunion qui devait officialiser la coopération de ces régions sur le thème de la digitalisation, n’était pas une surprise puisque le terrain avait été préparé par des collaborations précédentes à l’instar de la coopération annoncée en 2016 entre les pays nordiques et l’Estonie sur la digitalisation des services de transport. Car la question du digital préoccupe l’ensemble de ces pays limitrophes dont certains, comme les 3 pays baltes ont basé leur développement économique sur la numérisation.

Le DESI (Digital economy and Society Index) a classé pour 2017 les pays de l’Union Européenne en 3 catégories et a reconnu comme pays « à haut rendement » les Etats ayant le score DESI le plus élevé : Danemark, Finlande, Suède, Pays-Bas, Luxembourg, Belgique, le Royaume-Uni, l’Irlande et l’Estonie et parmi les pays « à moyenne performance » : l’Autriche, l’Allemagne, Malte, la Lituanie, l’Espagne, le Portugal, La France la Slovénie , la République Tchèque et la Lettonie.

La Norvège et l’Islande ne sont pas concernées par le DESI puisqu’elles ne sont pas membres de l’Union Européenne…

Le score DESI est calculé en prenant en compte un certain nombre d’indicateurs pertinents mélangeant les différentes politiques digitales : connectivité, capital humain, utilisation d’internet par les citoyens, intégration du digital dans l’économie et le business, les services du digital dans le service public… Il est à noter que tous ces pays ont conservé leur rang par rapport à 2016 sauf la Lituanie qui a perdu une place.

Atouts et défis de la digitalisation

Par cette coopération, les pays cherchent à:

  • Faciliter l’utilisation de numéros d’identité personnelle et d’identification électronique pour simplifier leur utilisation à travers les frontières nationales
  • Développer l’expertise dans les TIC
  • Assurer un déploiement en dehors de la 5G dans les villes et les régions locales pour faciliter les nouveaux services innovants
  • Développer une image de la région nordico-balte innovante et ouverte aux expérimentations de nouvelles solutions digitales
  • Promouvoir le développement de nouvelles technologies Renforcer la voix de la région au sein de la coopération de l’UE et de l’EEE

L’idée sous-jacente est de préparer un marché digital propre face à celui de l’Union Européenne : il s’agit d’assurer le développement du service électronique trans-frontalier, de profiter de la compétitivité croissante de la région à travers les instruments digitals et de mettre en place un marché unique plus efficace. Mais l’objectif de cette réunion était également d’envoyer un message aux populations en rappelant que le digital peut apporter non seulement des opportunités dont la création de 500 000 emplois en Europe mais aussi le sentiment pour les citoyens de se sentir « plus en sécurité «  selon l’expression d’Alf Karlsson, secrétaire d’État auprès du ministre suédois du logement et de la digitalisation. Cet argument a d’ailleurs été repris par Milda Dargužaitės, chancelière dans le gouvernement lituanien, qui a déclaré que « la coopération profitera aussi à la compétitivité de l’économie, la transparence des gouvernements et une gouvernance plus efficace. » Par exemple, l’utilisation de la signature électronique est vue comme une opportunité pour développer et sécuriser les échanges économiques entre les pays.

Mais il a aussi été souligné que jusqu’à présent, les succès étant surtout dus à l’action du secteur public, des pays comme les pays baltes risquaient à court terme de manquer de compétences en matière de service technique et en leadership. Ainsi, l’Estonie, le premier des pays baltes doit faire face à un digital encore trop rare pour les entreprises. D’où la nécessité de s’unir…

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s