La confédération syndicale suédoise LO lance une campagne contre le parti d’extrême droite SverigeDemokraterna

LO PrideArticle: Virginie Hours

Photo crédit: LO Pride 2012

La confédération LO (landsorganisationen i Sverige, confédération des travailleurs en Suède) continue de prendre le parti politique SverigeDemokraterna (SD) comme sa cible privilégiée. Le 26 octobre 2015, elle a annoncé lancer une campagne spécifique contre le parti politique d’extrême droite et ses propositions relatives au marché du travail afin de démontrer que celui-ci n’est pas favorable aux travailleurs. L’idée sous-jacente est de le discréditer afin de freiner son influence car près de la moitié des membres de LO ont voté pour lui lors des dernières élections…

Une campagne ciblée

La campagne lancée par LO prend la forme d’un film diffusé sur les médias sociaux pendant tout l’automne et d’articles de débat dans différents journaux. Cette campagne révèle la crispation de LO face à l’augmentation du nombre des sympathisants du parti politique SD. LO avait déjà manifesté sa crainte lorsque SD avait annoncé la création de son propre syndicat qu’il présentait comme « apolitique » pour dénoncer les liens réels existants entre les syndicats traditionnels comme LO et les partis de gauche comme le parti Socialdemokraterna…. Leur argumentaire reposait notamment sur le fait qu’aucun financement n’irait à des partis politiques comme c’est le cas entre LO et Socialdemokraterna, permettant par exemple un coût d’adhésion inférieur.

LO doit donc faire face au fait que nombre de ses membres sont attirés par le parti SD et peuvent être tentés de rejoindre son syndicat. Aux dernières élections, près de la moitié des membres de LO ont voté pour le SD. Or, pour les syndicats comme If Metall (syndicat des salariés de la métallurgie) ou Elektrikerna (syndicat des salariés de l’électricité), il n’est pas possible d’être à la fois engagé dans le mouvement syndical et de militer en faveur du SD en par exemple, se présentant sur ses listes.

Si les syndicats expliquent le vote de leurs membres par la situation économique et la crainte d’un avenir incertain, l’objectif est de démontrer que le parti SD n’est pas un parti favorable aux travailleurs et que leurs propositions auraient un impact négatif sur le marché du travail. Et LO de citer leur refus d’augmenter le plafond de l’assurance-chômage et de permettre de déduire le coût des adhésions syndicales des impôts ou encore leur volonté de diminuer le budget de la santé de 90 milliards de sek (9,6 milliards d’euros) sur les 4 prochaines années, ce qui aurait un impact sur près de 240000 emplois dans le secteur.

« SD est un parti de droite, de bout en bout. Il mène une politique dont les membres de LO ne veulent pas » indique Tomas Baudin, premier vice-président de LO.

Chassez le naturel, il revient au galop !

Il suffit peut être que LO soit patient et laisse le parti SD dévoiler lui-même sa véritable identité… C’est pourquoi LO se félicite de deux récentes positions de SD qui peuvent le discréditer.

Le parti a présenté une motion devant le parlement pour interdire les « grèves de sympathie » (fackliga sympatiåtgärder) ou « grève de soutien » qui, pourtant, sont une pierre d’angle des actions syndicales. Selon Ronny Wengrenn du syndicat Elektrikerna, cette proposition est le résultat direct de la rencontre entre SD et la confédération patronale Svensk Näringsliv. Le rapporteur Markus Wiechel prône que cette disposition n’a plus sa place dans un environnement moderne et libre et que les entreprises n’ont pas à supporter les conséquences de conflit auxquels ils sont étrangers. Par ailleurs, ces grèves de sympathie dissuaderaient des entreprises, soit de s’installer en suède, soit de rester en suède.

SD a également lancé une campagne dans les journaux danois, turques, allemands et grecques déconseillant aux réfugiés de venir en suède, pays où « la forêt n’est plus verte ni dorée ». Cette initiative rejoint les préoccupations d’une majorité de suédois face à l’arrivée d’une immigration trop importante mais elle choque car elle va à l’encontre de l’image d’une suède accueillante et ouverte d’esprit que véhicule l’agence nationale pour le tourisme « VistSweden »… Elle est également à l’antipode des positions des syndicats qui encouragent un bon accueil des réfugiés au titre de la solidarité et de la cogestion, suivant l’idée qu’il faut prendre en main la situation et non la subir.

Mais peut-être est-ce la chance de LO ? Que le parti SD se discrédite tout seul…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s