Danemark: des négociations collectives tumultueuses dans le secteur public

Un article de Carsten JØRGENSEN, Chercheur à FAOS, Université de Copenhague, pour la revue de l’IRES

Les signes étaient à la confrontation avant même que ne s’ouvrent les négociations collectives de la fonction publique, programmées pour début 2008. Les fortes attentes des salariés en termes d’augmentations salariales, puis les interventions des partis politiques avaient créé un climat exceptionnellement mouvementé.
Au Danemark, les négociations collectives du secteur public ont en général lieu dans une atmosphère de consensus plutôt que de conflit. La fonction publique vient en seconde position dans la hiérarchie des négociations collectives après le secteur privé qui fixe les normes sur l’évolution des salaires et du temps de
travail. Généralement, le secteur public suit la dynamique des conventions collectives du secteur privé, signées la même année – ici 2007. Une clause de sauvegarde garantit l’alignement de l’évolution salariale du secteur public sur celle du privé. Cette méthode paraît a priori d’une efficacité absolue. Si par exemple la combinaison de toutes les progressions obtenues (salaires, pensions, congés payés, indemnités maladie, congé maternité etc.) correspond à une augmentation de 3 % alors que le résultat était de 4 % dans le
secteur privé, ce système d’ajustement garantira la récupération du point de pourcentage manquant durant la durée de validité de la convention collective.
Mais le système est vulnérable et il n’est pas toujours équitable pour l’ensemble des secteurs. Cette fois-ci, il a mal fonctionné avant même de démarrer. Certains secteurs – personnels de la santé, éducateurs d’enfants et de jeunes – ont laissé entendre dès le départ que des augmentations substantielles étaient attendues, qui pourraient même excéder l’augmentation moyenne de la fonction publique. L’intervention précoce des partis politiques en faveur d’un traitement particulier de ces groupes donnait aux négociations
une tournure antagonique qui présageait un conflit majeur. Celui-ci ne s’est pourtant pas produit alors même qu’il a paru inévitable pendant un long moment. Mais il semble presque certain que quelques syndicats, peu nombreux mais importants, pourraient se mettre en grève, seuls.

La suite dans la revue de l’IRES, mars 2008, cliquer ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s