Du modèle suédois au modèle nordique

Une synthése de Cyril Coulet
cyril-coulet.jpeg● Le modèle suédois : retour sur un concept ancien

■ Le concept de modèle suédois est apparu pour la première fois sous la plume d’un journaliste américain en 1936 : Marquis William Child. Son livre intitulé Sweden the Middle Way visait à mobiliser la référence à la Suède comme soutien à la politique du New Deal initiée aux Etats-Unis. L’ironie est qu’à l’époque aucun des éléments constitutifs du modèle suédois n’existe encore.

■ Le modèle suédois est mis en œuvre en 1957. Il est défini par deux économistes affiliés à la confédération syndicale LO : Gösta Rehn et Gustaf Meidner. Ce modèle repose sur les éléments suivants :

→ Une politique de détermination équitable des salaires qui s’appuyait sur :

– Une négociation centralisée des salaires entre la confédération syndicale LO et la confédération patronale SAF instituée par les accords de Saltsjöbad en 1938.

– L’application du principe d’une rémunération égale à travail égal quelle que soit la branche.

→ Une politique active de l’emploi qui accompagnait les restructurations industrielles au travers :

– de la formation professionnelle.
– des aides à la mobilité géographique.
– de la constitution d’un service public de la petite enfance pour favoriser l’emploi des femmes.
– d’aides ponctuelles à l’embauche pour les entreprises en expansion.
→ Une politique fiscale restrictive afin de limiter l’inflation en ponctionnant les excédents de revenus.

→ Une politique budgétaire et monétaire restrictive qui avait une double vocation

– limiter l’inflation.

– constituer une réserve financière publique afin de disposer de capacités excédant les stabilisateurs automatiques en phase basse du cycle économique.
● Le retour en grâce des pays scandinaves : le modèle nordique
■ A la fin des années 1990, le modèle nordique commence à redevenir une référence au niveau international consécutivement aux réformes entreprises au cours de la décennie 1990. Il présente toutefois un paradoxe au regard des prescriptions internationales puisqu’il repose sur :

– Un niveau de prélèvements obligatoires parmi les plus élevés au monde :

– 51% en Suède
– 50% au Danemark
– 44,5% en Norvège et en Finlande
– 41% en Islande
– 44,2% en France

La suite sur le blog de Cyril Coulet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s