Politiques publiques finlandaises en matière d’orientation des jeunes et des adultes

Cette note écrite par Asta Kurhila, Jussi Onnismaa, Heli Piikkila, Pentti Sinisalo et Raimo Vuorinen, a été présentée au deuxième symposium international sur les services d’orientation et les politiques publiques à Vancouver (Canada) les 5 et 6 mars 2001. Elle reste d´actualité, et peut inspirer l´évolution des services de l´emploi de nombreux pays.


Cette vue d’ensemble de la situation des services de consultation en Finlande n’aurait pu être obtenue sans la solide collaboration de professionnels et d’organismes très impliqués. Aussi, ce rapport a été compilé d’après les réponses fournies aux questions préliminaires posées en vue du Symposium par les personnes suivantes : Mme Anneli Tallqvist, du ministère du Travail, Mme Tarja Riihimaki, du ministère de l’Éducation, M. Juhani Pirttiniemi et M. Erkki Merimaa, du conseil national de l’éducation. Les personnes suivantes ont éga-lement collaboré à la préparation de ce rapport : Mme Hanna Boman et M. Mika Launikari, du Centre pour la mobilité internationale (Centre for International Mobility), Mme Liisa Tenhunen-Ruotsalainen, du Bureau d’information économique du groupe TAT (qui fait partie de la TT, la Confédération de l’industrie et des em-ployeurs finlandais), M. Reijo Paivarinta, de la SAK (organisation centrale des syndicats finlandais) et Mme Liisa Sointu, de l’Apaja Centre, à l’Université d’Helsinki, un modèle de services d’orientation et de recru-tement en milieu universitaire. Nous aimerions remercier ces personnes de leurs réponses. Les rédacteurs de ce rapport de la Finlande ont ajouté des exemples de collaboration en Finlande entre divers partenaires et ont entrepris de comparer les modèles de politiques publiques des services d’orientation adoptés en Finlande avec les prises de position de l’OCDE.
Modèles de politiques publiques concernant les services d’orientation en Finlande

En Finlande, les politiques nationales globales concernant les services d’orientation se décrivent comme un ensemble d’énoncés de politiques émanant de divers intervenants de l’administration centrale. Les principaux éléments sont fournis par le ministère de l’Éducation et le ministère du Travail. Dans les stratégies nationales actuelles en matière d’éducation, décrites ci-après, il y a de nombreux énoncés de politiques qui portent sur-tout sur une bonne orientation continue. Ainsi, la prestation du programme d’éducation à la carrière et des services d’orientation professionnelle au niveau secondaire et polyvalent sera évaluée cette année par le Conseil national de l’éducation et les services dispensés au niveau supérieur seront vérifiés par le Conseil finlandais d’évaluation de l’enseignement supérieur. De plus, le ministère du Travail est à redéfinir l’évaluation de ses services d’orientation. Dans les chapitres suivants, les énoncés de politiques de ces deux grands secteurs seront exposés.

D’après le plan de développement de l’éducation et de la recherche 1999-2004, dressé par le ministère de l’Éducation, la connaissance et le savoir-faire forment une partie de la civilisation et représentent le principal facteur de production de la société d’information finlandaise. La civilisation renvoie à la fois aux aspirations individuelles, aux progrès personnels et au capital intellectuel de la collectivité. La civilisation appartient à tous. La tâche d’orientation nationale en matière d’éducation consiste à rehausser constamment le niveau de scolarité, de culture et de savoir-faire. Chaque personne a le droit de réaliser des progrès personnels conti-nus, d’apprendre et de croître afin de devenir un membre de la société et un humain responsable, tant sur le plan moral qu’éthique. La garantie d’une éducation de base appartient à tous les citoyens. Elle comprend le droit à des études gratuites, à une liberté suffisante de choix et à un milieu d’apprentissage compétent. Les principes du développement durable seront pris en compte dans la prestation de l’enseignement et les autres activités des différents types d’école.

Il revient au secteur public de poursuivre une politique sociale qui garantit à tous des chances égales d’obtenir des renseignements, d’acquérir des compétences et de devenir des personnes averties et tolérantes qui respectent le processus démocratique. À cette fin, des chances égales d’éducation seront garanties à chaque citoyen, peu importe son sexe, son lieu de résidence, son âge, sa langue ou son statut économique. Les activités reposeront sur les principes de l’apprentissage continu et seront entreprises en collaboration avec tous les partenaires sociaux. (http://www.minedu.fi/julkaisut/KESU2004/eng/engKESU.html)

Les stratégies actuelles en matière d’éducation 2000 – 2004 portent surtout sur la mobilité des étudiants entre les établissements d’enseignement et les entreprises. La réforme des lois régissant les études secondaires de base (études secondaires générales de niveau supérieur et études professionnelles de base) et l’éducation des adultes a été amorcée en Finlande le 1er janvier 1999. Ces nouvelles lois comprennent de nombreuses obligations pour les établissements, dont celles de collaborer entre eux et de fournir plus de latitude pour que l’élève puisse étudier ce qu’il désire. Comme la liberté des élèves de choisir parmi diverses options augmente, et il en va de même dans tous les groupes de la société, la demande de services d’orientation augmente également. Puisque la prestation des services d’orientation dans les établissements d’enseignement est intensifiée, il nous faut un système plus souple et plus adapté à la diversité des besoins des élèves.

Politiques et pratiques fondées sur les modèles de prévention, de réaction ou de correction

Selon le ministère du Travail, les services d’orientation professionnelle et de planification de carrière offerts dans les bureaux d’emploi de l’administration de la main-d’œuvre en Finlande représentent une partie de ce qui est connu collectivement comme étant les services de main-d’œuvre, se répartissant entre les services d’emploi (pour les chercheurs d’emploi et les employeurs) et les services de perfectionnement professionnel. Ils comprennent l’orientation professionnelle et la planification de carrière, les services d’information sur l’éducation et les carrières, l’orientation professionnelle et la formation rattachée au marché du travail. Les services de consultation sont élaborés et orientés d’après le cadre de référence des lignes directrices en matière de politiques de main-d’œuvre, lorsque les services (et les mesures politiques en matière de main-d’œuvre) ont pour principaux objectifs de promouvoir le bon fonctionnement du marché du travail, l’emploi et l’intégration des immigrants. Les lignes directrices des services de main-d’œuvre et surtout des services d’emploi sont distinctement dirigées vers la promotion de l’emploi et l’élimination du chômage, d’autant plus lorsque le taux de celui-ci est élevé. (Malgré une forte croissance économique, le chômage de longue durée en Finlande est fréquent, surtout chez les personnes plus âgées, alors que les entreprises ont de la difficulté à trouver de la main-d’œuvre : cette situation se reflète clairement dans l’application de la politique de main-d’œuvre.) Les lignes d’action axées sur la stabilisation économique se reflètent aussi dans les services d’orientation professionnelle et de planification de carrière. D’un autre côté, selon les lignes directrices relati-ves aux services de consultation, les mesures destinées à prévenir l’exclusion et le chômage ont toujours été le point de départ et continuent de l’être, malgré les fortes pressions exercées pour que les services de consultation se concentrent sur les clients en chômage. L’approche préventive des services de consultation s’observe aussi dans le fait que les services soient ouverts à tous les clients, y compris à ceux qui ne cher-chent pas encore d’emploi sur le marché du travail. Quant au contenu, les objectifs des services de consulta-tion, soit l’éducation du client, la planification de carrière et la préparation d’un plan d’action possible, reflètent également une approche à long terme, préventive et holistique vis-à-vis le travail.

Le plan de développement en matière d’éducation et de recherche 1999-2004 dressé par le ministère de l’Éducation renferme de nombreux énoncés et initiatives en faveur de l’apprentissage et des services d’orientation continus. Les politiques et les pratiques reposent sur des modèles de prévention et de correc-tion. Les chapitres qui suivent sont des extraits dudit plan. (http://www.minedu.fi/julkaisut/KESU2004/eng/engKESU.html)

Dans le secteur de l’enseignement polyvalent, on insiste sur la garantie individuelle à des études de base, ce qui met en évidence la nécessité de tenir compte des droits et des chances de tous les citoyens dans tout l’enseignement et toute la formation, depuis l’éducation préscolaire jusqu’à l’apprentissage continu. À ce ni-veau, le fondement juridique de l’orientation fait ressortir l’approche préventive. Le droit des étudiants à des services d’orientation et à un enseignement complet et pertinent, centrés constamment sur leur propre degré de développement dans un environnement scolaire compétent sera garanti. Il faut que chaque élève termi-nant ses études polyvalentes se voit offrir un lieu où poursuivre des études complémentaires. Des mesures seront prises pour que soit dispensé un éventail suffisant d’enseignement et de formation professionnels. La transition de l’école polyvalente aux études secondaires est problématique du point de vue de l’exclusion. Quelque 7 à 8 p. 100 des élèves ne poursuivent pas immédiatement des études secondaires supérieures après avoir quitté l’école polyvalente. Les taux de décrochage pendant les premières années du secondaire augmentent. Le problème est particulièrement grave chez les immigrants. À la dernière étape des études polyvalentes, on insistera sur la prévention de l’exclusion. Le contenu de l’enseignement et les formes d’intervention seront élaborés afin de favoriser l’autonomie et les choix de carrière des jeunes.

En Finlande, les études secondaires comprennent des études générales supérieures ainsi qu’une formation professionnelle initiale et une autre complémentaire. La mise en valeur des études secondaires et de la for-mation sera abordée selon le groupe d’âge, son placement au niveau des études et de la formation complé-mentaires et les besoins du marché du travail et du développement régional. Le droit de l’élève à un chemi-nement scolaire personnalisé sera davantage exploité. L’orientation scolaire sera intensifiée et des ressour-ces adéquates seront allouées pour permettre aux élèves d’élaborer leur propre cheminement d’études au-delà des frontières institutionnelles. Les mécanismes de financement seront améliorés en fonction des exi-gences de la collaboration.

Dans les écoles secondaires de niveau supérieur, le droit des élèves d’établir leur propre programme d’études sera garanti dans la nouvelle loi sur les écoles de manière à ce qu’ils puissent combiner études générales, formation professionnelle et études préparatoires à l’éducation complémentaire dans une universi-té ou une école polytechnique. On insistera tout particulièrement sur l’orientation scolaire.

La réforme en cours des qualifications professionnelles sera suivie de près et évaluée en fonction surtout de la mise en œuvre des objectifs fixés pour le placement, la compétence et la mobilité professionnelles et les voies de formation complémentaire. L’apprentissage en milieu de travail constituera désormais une part es-sentielle de l’éducation et de la formation professionnelles et ce, dans le but d’améliorer la qualité de la for-mation et son rapport avec les véritables exigences de la vie professionnelle, du point de vue du placement ou de la formation complémentaire. Cependant, une partie des jeunes court le risque de se voir exclure de la vie de travail et de la société en général et cela représente un problème croissant. La prévention du décro-chage exigera des formes de travail susceptibles de motiver davantage les jeunes à terminer leur formation. Ainsi, en vue de prévenir l’exclusion, on encouragera les personnes non formées à s’inscrire à des cours de formation et des mesures seront prises pour réduire le nombre d’abandons.

Le système finlandais d’enseignement supérieur constituera un tout comprenant deux piliers ( modèle double) où universités et écoles polytechniques se complèteront. Pour assurer un système d’éducation souple et garantir les droits légaux des étudiants, il faut absolument reconnaître équitablement et adéquatement les acquis lorsque ceux-ci passent d’un secteur d’enseignement supérieur à un autre. La reconnaissance des acquis appartient aux établissements d’enseignement supérieur.

Dans les écoles polytechniques, les étudiants seront soutenus en vue de terminer leurs études tout en jouis-sant d’une liberté de choix accrue et ce, grâce à des services d’orientation scolaire et de consultation et d’autres services de soutien. Un projet d’apprentissage virtuel sera réalisé en collaboration avec les universités.

Dans le domaine de l’enseignement universitaire, l’objectif consistera désormais en un renouveau pédagogi-que à grande échelle axé sur des méthodes centrées sur l’étudiant. La mise en valeur de l’enseignement et de l’apprentissage reposera surtout sur l’apprentissage en réseau, ouvert et à distance. L’enseignement et les services d’orientation et de consultation seront intensifiés de manière à promouvoir l’apprentissage indivi-duel et à favoriser les progrès scolaires, d’une part, et à faire en sorte que les études puissent être évaluées et observées plus efficacement, d’autre part. La promotion de l’enseignement visera non seulement à fournir un apprentissage plus approfondi, mais favoriser également la tenue d’activités universitaires plus efficaces et à réduire le temps de parachèvement des études. Pour cela, il faudra que des ressources suffisantes soient consacrées à l’enseignement et aux services de soutien. Récemment, le ministère de l’Éducation a affecté des fonds supplémentaires à la mise en place de services d’orientation dans la nouvelle université virtuelle de Finlande.

En éducation des adultes, on vise notamment à hausser le niveau de scolarité de la population d’âge moyen. Présentement, la formation de base de ces personnes est nettement inférieure à celle des générations qui ont suivi. En 1997, 34 p. 100 des personnes au travail âgées de 45 à 54 ans n’avaient suivi aucune formation complémentaire; chez les personnes en chômage, la proportion était de 47 p. 100. Pour appliquer les princi-pes de l’apprentissage continu et pour que le marché du travail soit flexible, il est important que les personnes peu instruites ou dont la formation est désuète aient accès à des services d’éducation des adultes spécialisés et individuels. Les périodes d’études dans le domaine de l’éducation des adultes doivent demeurer raisonna-bles pour que leur durée ne devienne pas un obstacle insurmontable. Ainsi, l’information, la consultation individuelle, les programmes d’études personnels, l’orientation scolaire et l’aide financière aux étudiants adul-tes seront mises en place de façon à encourager les adultes non qualifiés à s’inscrire à des cours dans le but de terminer leur formation.

Selon le ministère de l’Éducation, la croissance rapide de l’économie et le renouvellement du savoir-faire et des exigences professionnelles, le vieillissement de la main-d’œuvre, les écarts entre les générations au chapitre de la scolarité et de la formation et l’augmentation du nombre de personnes ayant atteint l’âge de la retraite exigent que les politiques éducatives soient désormais axées sur l’apprentissage continu. Dans l’ensemble, la mise en œuvre de l’apprentissage continu est aussi influencée par d’autres secteurs adminis-tratifs, les partenaires sociaux et autres groupes d’intérêt.

Pour que le système d’éducation soit efficace et souple, il importe de bien reconnaître les acquis. Il y a donc nécessité de créer des systèmes d’évaluation et de reconnaissance des connaissances et du savoir-faire acquis à l’extérieur du système d’éducation officiel. En outre, on établira un service d’information et de consul-tation interactif en réseau, mis sur pied collectivement à l’intention des citoyens qui servira d’outil à ceux qui travaillent dans le domaine de la consultation et de l’orientation scolaire. Les services de consultation per-sonnelle et les services en réseau seront donc améliorés.
Les règlements ont été établis dans le but de fixer des mesures préventives, à tout le moins en ce qui concerne le fait que la consultation doit être offerte à tous au niveau de l’enseignement polyvalent et des étu-des secondaires. Le soutien pour la transition de l’école polyvalente au niveau suivant penche nettement plus du côté de l’enseignement de base et est donc de nature préventive. Les services de consultation au niveau secondaire, et surtout en enseignement général, exigent énormément de mesures de développement de même que le soutien concernant la transition des études à la vie de travail. (Projets du Fonds social euro-péen). Somme toute, les services de soutien devaient être offerts à tous .

Dans quelle mesure les services sont-ils axés sur les groupes spéciaux?


La plupart des services de consultation sont destinés à tous les groupes de clients. Cependant, certains services offerts sont conçus pour un usage bien précis. La consultation, aux divers niveaux des établisse-ments d’enseignement, vise tous les élèves et les services de consultation dispensés par l’administration de la main-d’œuvre sont accessibles à tous les groupes de clients. Ainsi, le principe directeur est l’égalité d’accès à toute la population et aux clients, peu importe le moment dans leur carrière. D’un autre côté, conformément aux objectifs de la présente politique d’emploi, on s’efforce surtout d’axer les services de consultation sur certains groupes spéciaux de clients, en utilisant les techniques de marketing par exemple.
Les ressources des établissements d’enseignement spéciaux sont nettement supérieures à celles des autres établissements mais il n’en demeure pas moins essentiel, pour favoriser un accès cohérent aux services de consultation en cours d’études, de cerner les problèmes particulièrement tôt pour dispenser des services d’orientation adéquat à tous. Par conséquent, dans le domaine de l’éducation et dans le cadre des autres services, on met l’accent sur la structuration des services d’après les besoins de chaque client et, par consé-quent sur la consultation individuelle et la création de programmes individuels d’études. Ainsi, la consultation devient non seulement le travail d’un petit groupe professionnel, mais fait aussi partie de l’approche adoptée par tous les éducateurs concernés.

Ministère du Travail : les services de consultation sont offerts à tous les groupes de clients et les politiques du ministère consistent à fournir un accès égal à toute la population et aux clients, peu importe le où ils se si-tuent dans leur carrière. Dans la pratique, les clients des services de consultation, surtout dans les grandes villes, doivent faire la queue pour obtenir des consultations individuelles auprès d’un psychologue en orienta-tion professionnelle, mais les services d’information sur l’éducation et les professions où la consultation en matière d’options de formation revient au bureau d’emploi, sont des services ouverts sans rendez-vous. Dans la pratique cependant, il arrive souvent que les clients qui prennent la décision de consulter un psycho-logue en orientation professionnelle, ou qui y soient référés, soient porteurs de problèmes plus aigus au cha-pitre de la formation et du travail. La création d’une relation de consultation entre le psychologue et le client repose sur l’évaluation du client ou de l’organisme référent et sur celle du psychologue. D’après les objectifs de la politique de main-d’œuvre, on insiste pour que les services de consultation soient axés sur certains groupes de clients, en utilisant le marketing par exemple. Comme la demande de consultation personnelle ou collective dépasse l’offre, il faut servir les clients selon l’urgence des besoins.

Étant donné que les élèves se voient désormais offrir des services d’orientation dans le cadre du système d’éducation se traduisant par des services de consultation de base, les services dispensés par l’administration de la main-d’œuvre consisteront désormais à souligner la nature complexe des besoins professionnels en main-d’œuvre entre les divers niveaux scolaires et aussi à veiller, par une collaboration en réseau, à ce que les élèves reçoivent les services de consultation requis au moment de la transition des études à la vie de travail. Selon les principes directeurs des services d’information sur la formation et les carrières dans les bureaux d’emploi, on met l’accent sur le fait d’offrir de l’information et de la consultation complete sur la formation disponible à tous les clients qui envisagent entreprendre des études quelconques.
Exemple de services ciblés vers des groupes spéciaux : formation et consultation à l’intention des immigrants


La politique finlandaise d’immigration a pour objectif fondamental de veiller à ce que tous les immi-grants adultes aient accès à une formation qui leur permettra de s’intégrer à la société et à la vie ac-tive dans notre pays et, si nécessaire, d’entreprendre des études de base et complémentaires. Elle vise également à faire en sorte que les immigrants puissent conserver et mettre en valeur leur langue et leur culture et pratiquer leur religion (programmes d’études pour immigrants 2000, ébauche). Une nouvelle loi sur l’intégration des immigrants est entrée en vigueur en 1999. En vertu de celle-ci, l’immigrant concerné, la municipalité et les dirigeants du bureau d’emploi dressent ensemble un plan d’intégration, soit une entente sur les mesures à prendre en vue de le soutenir et de lui permettre, à lui et à sa famille, d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour vivre en société et travailler.

L’ébauche des programmes d’études prévus pour intégrer les immigrants comporte désormais une réduction du temps consacré à leur formation. On y met l’accent sur le rôle actif requis par l’immigrant. Cependant, sans services de consultation adéquat, il sera difficile pour les immigrants de conceptualiser toutes les possibilités qui leur sont offertes dans la société d’accueil. Ils risquent donc de ne pas réussir à obtenir certains services auxquels ils auraient droit s’ils pouvaient les demander. À titre de ligne directrice, les principes de la nouvelle loi et du programme d’études appuient les droits des étudiants immigrants et les possibilités qu’ils ont de créer des liens pour entrer sur le marché du travail , mais il se peut que la formation et la consultation prévues pour soutenir ces mêmes principes soient sous-financées. En pareil cas, les droits des immigrants et les possibilités qu’ils ont de pro-gresser risquent même de diminuer.

La formation des immigrants adultes a toujours été financée par l’administration de la main-d’œuvre. Maintenant que le nombre d’immigrants augmente et que les fonds dont dispose l’administration de la main-d’oeuvre diminuent, on se demande si les municipalités ne devraient pas assumer une partie des coûts reliés à cette éducation.

Dans quelle mesure les politiques sont-elles centralisées ou décentralisées?

Il existe deux grands systèmes d’orientation en vigueur en Finlande : celui du système d’éducation et celui offert par la main-d’œuvre à travers son service d’information sur l’éducation et les carrières et de son service de placement. Ce dernier est national et relève du ministère du Travail tandis que le service d’orientation scolaire est soutenu dans le cadre du système scolaire, financé en partie par le ministère de l’Éducation et par les municipalités; il fonctionne à l’intérieur du cadre du programme d’études national élaboré par le Conseil national de l’éducation. L’administration de la main-d’œuvre et le système d’éducation ont la respon-sabilité légale de fournir des services d’orientation. De plus, les établissements d’enseignement supérieur ont mis au point leurs propres services d’orientation à l’intention de leurs étudiants.
Dans le passé, les organismes bénévoles et privés ont joué un rôle plutôt négligeable dans le domaine de la prestation de services d’orientation, mais la situation est en voie de changer graduellement. Quelques organismes bénévoles commencent à dispenser des services d’orientation à des jeunes risquant l’exclusion so-ciale. Plusieurs organismes pour les jeunes fournissent de l’information et de la consultation sur les carrières. Les sociétés privées d’orientation professionnelle offrent en général leurs services au secteur public, soit aux centres d’éducation permanente, aux centres d’orientation des universités, aux services d’orientation des écoles polytechniques ou à l’administration de la main-d’œuvre. De cette façon, l’organisme finance les coûts du service tandis que le client reçoit pratiquement gratuitement tous les services d’orientation requis. Jus-qu’en 1991, l’État détenait officiellement le monopole de l’orientation professionnelle et du placement. Depuis, on a assisté à une certaine croissance du nombre d’agences de placement du secteur privé, de services de recrutement de cadres et de services de réinsertion, même s’il n’existe encore aucun organisme privé d’orientation professionnelle. Le service d’emploi commence à imposer des frais pour ses services, p. ex., les services de replacement pour les employeurs (Onnismaa & Viljamaa 1999).

Quelle est la qualité des résultats des services d’orientation offerts à tous , approuvés à la fois par les responsables de développement de politiques et les praticiens? Quels résultats pourraient ou devraient être ajoutés?


Selon une note de la Finlande transmise à l’OCDE (1999), les services d’orientation, de consultation et de placement sont importants aux trois niveaux d’enseignement (école polyvalente, école secondaire supérieure et établissements de troisième niveau) et lorsqu’il s’agit de créer chez les jeunes un sentiment d’appartenance au marché du travail. Les services de consultation et d’orientation ont en général pour objectif d’aider les gens à faire des choix concernant leurs études, leur formation et la planification de leur carrière à différentes étapes de leur vie. Le principal défi pour l’enseignement professionnel demeure la création d’un lien étroit entre la formation et la vie active. On relève ce défi de façons : l’élaboration de services d’orientation scolaire et la création de services d’orientation professionnelle et de recrutement.
Ministère de l’Éducation : les éléments énoncés dans la question (emploi convenable, rendement scolaire accru, persévérance scolaire, amélioration de la main-d’œuvre, approvisionnement du marché du travail, augmentation de la productivité, meilleur rendement au travail ou plus grande satisfaction au travail) peu-vent être considérés dans un sens plus large comme des objectifs de planification et de mise en œuvre de l’éducation en général et en plus de faire partie d’objets de consultation. Du point de vue de la consulta-tion, il est évidemment essentiel de guider les élèves vers des études qui favoriseront leur propre déve-loppement, qui leur garantira un emploi durable et leur procurera la capacité de bâtir leur propre carrière et leur propre vie active. Du point de vue des politiques, la mise en vigueur de l’enseignement professionnel devrait avoir pour but de fournir une formation qui remplit les exigences actuelles de la vie de travail (avec une attention particulière au perfectionnement continu), et c’est le principal point à considérer en ce qui concerne les service de consultation.

Ministère du Travail : étant donné que ses activités ont pour but, tant à court qu’à long terme, de promouvoir l’emploi des clients et d’améliorer leurs compétences professionnelles, leur savoir-faire et leur perfectionne-ment, les services de consultation y ont pour objectif qualitatif de dresser un plan de carrière favorisant le client et son développement et de l’aider à prendre les décisions et les mesures requises pour leur entière réalisation.
Exemples de qualité des résultats:
Selon Salomaa (2000), dans l’administration de la main-d’œuvre, l’un des principaux objectifs du pro-cessus de services aux chercheurs d’emploi a été défini comme étant la préparation d’un plan de re-cherche d’emploi. Celui-ci se divise en quatre volets : 1) les objectifs et les plans du client, 2 ) un ré-umé de ses compétences et de ses aptitudes professionnelles, 3) la demande d’emploi et les aptitu-des connexes, 4) les autres mesures. Des critères de qualité ont été établis pour chacun de ces volets. D’après l’évaluation effectuée, un problème se situe au niveau de la mauvaise qualité des plans de recherche d’emploi des clients et l’objectif de cette année consiste à apporter les améliorations nécessaires..

Conseil national de l’éducation : Son objectif est de veiller à ce que chaque élève puisse poursuivre ses études et puisse librement choisi un endroit où aller après sa formation de base (école polyva-lente ou école secondaire de niveau supérieur). Auprès des jeunes, l’objectif est de prévenir le dé-crochage scolaire et d’adopter des mesures de soutien pour les aider pendant leurs études. Les me-sures de soutien peuvent souvent être reliées aux moments de loisirs, à la famille, aux habitudes de vie, non nécessairement limitées au seul aspect scolaire. Dans le cadre de recherches et d’évaluations conduites auprès des ateliers-écoles et financées par l’UE, on s’est efforcé aussi de trouver des indicateurs d’atteinte des résultats. Cependant, il faut reconnaître que les indicateurs quantitatifs ne font souvent ressortir que des demi vérités. En fait, la politique d’éducation a pour but d’amener presque tous les jeunes à terminer au moins leurs études secondaires.
Apaja Career Centre, Université d’Helsinki : L’objectif est ici de promouvoir les activités offertes à la clientèle, son indépendance ou son auto-direction, son autonomie, sa part de responsabilité, l’exercice d’une influence personnelle sur sa propre vie et les solutions trouvées, le soutien et la sti-mulation de sa détermination et la planification de sa vie et de son placement professionnel. Ajoutons à cela l’emploi durable et le travail autonome, l’influence positive exercée sur le travail, l’augmentation de la satisfaction de vivre et l’appréciation des bienfaits de l’apprentissage continu. Parmi les objec-tifs, la satisfaction et l’équilibre intérieurs du client sont importants, tout comme la promotion de son placement sur le marché du travail et son perfectionnement continu.

Fondements de la recherche permettant de s’assurer que les résultats obtenus soient conformes aux normes de qualité
Les fondements de la recherche sont caractérisés par le fait qu’ils sont l’appui normal sur lequel l’organisation compte pour maximiser l’impact de son mode de prestation des services d’information, d’orientation et de consultation. Mais cela aide peu les responsables de développement de politiques qui souhaitent décider des priorités entre les divers groupes de clients, comprendre comment les différentes mé-thodes de prestation pourraient en améliorer l’accès, l’efficacité et la qualité, ou encore comprendre les com-pétences et les qualifications que requièrent les divers types de personnels pouvant offrir divers types de services (OCDE 2000, 4-5).
La manière d’utiliser la recherche concernant l’évaluation dans le processus décisionnel constitue un pro-blème en soi. Un spécialiste en recherche sur l’évaluation, Michael Patton, critique l’idée selon laquelle la faute retombe sur l’organisme qui commande la recherche lorsque celle-ci n’est pas utilisée adéquatement dans l’évaluation du processus décisionnel. Selon M. Patton, en établissant des normes d’évaluation, on a constaté que c’est plutôt l’évaluateur qui devrait être blâmé lorsque les critères d’évaluation ne sont pas bien utilisés. Une évaluation sommative n’est d’aucune utilité lorsqu’il s’agit d’élaborer une activité. Une évaluation sérieuse ne peut permettre de répondre à des questions pour lesquelles il n’y a pas de réponse ou à des questions qui ne sont même pas posées. Quiconque commande une évaluation devrait savoir, dès le tout début, ce qui doit être évalué et pourquoi on le fait (Lindqvist 2000).

Selon le ministère du Travail, certaines études ont été spécifiquement menées sur l’efficacité des services, mais elles sont encore trop peu nombreuses. On a envisagé établir des indices de qualité dans divers contex-tes, mais le caractère superficiel de leurs critères pose présentement des problèmes. On devra trouver des moyens de mesurer sur le terrain l’efficacité de la consultation psychologique et de la recherche.
Selon Anneli Tallqvist, du ministère du Travail, il n’a pas toujours été possible de décrire les facteurs qualita-tifs et les autres facteurs qui distinguent concrètement les divers services, du point de vue du client par exemple. Une formation en sciences du comportement constitue une bonne base pour arriver à des résultats satisfaisants avec les clients. Mais l’application pertinente de connaissances et de compétences de haut ni-veau en consultation pratique ne doit pas toujours être tenue pour acquise par les évaluateurs. De plus, les instruments permettant de mesurer la qualité et l’efficacité des services de consultation ou les recherches permettant une évaluation pouvant révéler avec fiabilité et objectivité les compétences et les connaissances psychologiques contribuant à la valeur ajoutée du travail auprès des clients se font rares (Tallqvist 2000,2).
Certains aspects de l’efficacité de la consultation : si les gens peuvent être conseillés avec succès afin de pouvoir faire des choix significatifs et éviter ainsi les choix erronés coûteux, les ressources financières inves-ties en consultation se récupèrent facilement. Plusieurs experts ont souligné les avantages économiques et sociaux de la consultation, comme en témoignent des études menées et des expériences vécues, sans compter les avantages pour la personne. Il y a donc lieu d’évaluer et d’étudier à divers niveaux les effets de la consultation sur les personnes, les organismes et la société.
Même si en cours de processus de consultation, on observe souvent des changements d’orientation chez les personnes conseillées, les effets de ces changements ne peuvent pas toujours être traduits en efficacité me-surable. De nombreux conseillers pensent qu’il faut éviter ce genre de discours visant à objectiver les clients et les élèves et à réduire sans cesse les résultats de la consultation à des indicateurs purement quantitatifs. Les critères d’évaluation devraient être plus restreints et ciblés et il faudrait les réviser constamment (Vehvi-lainen, 1996). De l’avis des conseillers, il pourrait s’avérer problématique d’établir à l’avance un résultat précis et mesurable à court terme pour le processus de consultation avec un client. Il semble qu’il faudra créer un tout nouveau langage, à la fois transparent et accessible, à l’intention des divers intervenants en éducation et en consultation.
Exemples d’évaluation :
Selon l’OCDE (2000, 4-5), les recherches semblent démontrer que le processus d’orientation conduise à des gains positifs au niveau de l’apprentissage chez les jeunes. De prime abord, les ar-guments selon lesquels les services d’information, d’orientation et de consultation améliorent l’accès au marché du travail, grâce à une information plus large et à une meilleure prise de décision vont re-lativement de soi. L’orientation semble pousser davantage de jeunes à explorer les professions qui peuvent leur convenir ou, à tout le moins, à se renseigner, mais l’incidence sur le jumelage travail-leur-emploi et l’efficacité des méthodes de recherche d’emploi et du maintien dans l’emploi ne sont pas toujours clairement démontrées par rapport aux services reçus. Les services d’orientation et de consultation sont normalement identifiés comme faisant partie des éléments clés de méthodes d’action efficaces.
Les récentes recherches théoriques concernant l’orientation professionnelle en Finlande ont permis de remettre en question a théorie du jumelage traits de personnalité et professions correspondantes et on s’attache désormais à trouver une approche d’orientation professionnelle davantage centrée sur l’activité plus axée sur l’activité professionnelle dans son emsemble. On a redéfini la notion de vie de travail, les rapports existant entre une personne et son travail ainsi que les rapports entre le professionnel et le client dans le cadre d’une consultation. Pour remplacer les approches tradition-nelles, on préconise diverses activités pour la visualisation, le journal de bord, la cueillette d’information et des périodes d’observation en milieu de travail, toutes des activités destinées à don-ner au client des moyens de se repositionner par rapport à sa vie de travail (Vahamottonen 1998; voir Vehvilainen 1999).

Selon des participants à de telles activités, c’est la formation reçue à l’intérieur d’un cours d’orientation professionnelle (éducation à la carrière) qui réussit le mieux à rehausser chez eux l’estime de soi, à mieux observer leur situation générale par rapport à l’emploi et à susciter le désir d’entreprendre une formation professionnelle pertinente. Selon leur situation individuelle, les étu-diants qui suivent un tel cours réussissent normalement à améliorer leur situation personnelle (Mik-konen 1996; voir Vehvilainen 1999). Suite aux entrevues conduites auprès d’intervenants concernant les résultats que devrait donner un cours d’orientation professionnelle (éducation à la carrière), une consultation individuelle devrait normalement suivre pour atteindre les objectifs de départ : stimuler les étudiants, les aider à trouver ce qu’ils veulent vraiment faire de leur vie – entendre leur voix intérieure -, s’ouvrir à de nouvelles perspectives et à une appréciation plus juste d’eux-mêmes. (Onnis-maa 1998).

Quels sont les coûts et bénéfices des interventions en matière de services d’orientation?


L’absence ( ou à tout le moins, l’imprécision) d’indicateurs fonctionnels concernant l’évaluation de la qualité des résultats et des coûts et bénéfices est un problème courant. En principe, les évaluations quantitatives et qualitatives n’entrent pas en conflit. Dans la pratique, l’application d’une gestion centrée sur les résultats a entraîné la prédominance de critères d’efficacité quantitatifs. Il faut surtout se demander si ces critères de résultats quantitatifs, souvent valides en apparence, le sont pas véritablement. C’est au niveau des critères de qualité que la faiblesse se fait le plus sentir.
Lorsqu’il s’agit d’évaluer l’efficacité des services d’orientation, il faut, pour le faire adéquatement, toujours disposer d’études de suivi à long terme par lesquelles on pourrait obtenir de l’information sur les effets de mesures de consultation. À ce niveau, on constate une rareté d’études à long terme.
Les besoins de la population concernant les services de consultation sont très peu connus. Les change-ments actuels survenant dans les contextes économiques et sociaux (vie active, apprentissage continu, politiques sociales, etc.) ont pour effet d’accroître les situations de transition au cours de l’existence des gens et des changements de direction qui en résultent. La consultation est davantage requise au cours de ces périodes de transition compte tenu des virages qu’elles provoquent mais il faut avouer que, jusqu’à présent, on ne connaît pas vraiment n’en sait pas suffisamment sur la nature profonde de ces bouleversements.
Les problèmes accompagnant l’exclusion représentent un enjeu majeur qui a été soulevé de façon soutenue par l’UE. Essentiellement, il existe deux manières d’envisager ces problèmes : exclusion de la formation scolaire (dûe à l’incapacité d’étudier ) ou manque de formation (résultant d’une absence de scolarité ou d’abandon des études) et l’exclusion de la vie active (chômage prolongé). La nature cumulative de ces pro-blèmes est significative (p. ex., Ronka 1999). Actuellement, on connaît mal les processus reliés à l’exclusion. Il serait également important de conceptualiser le sens qu’on donne à l’exclusion dans les services de consultation et des méthodes d’utilisation des divers services d’orientation :orientation personnelle, consulta-tion collective, services d’orientation ouverts, services Internet, services d’information sur la formation et les carrières, services consultatifs d’étude, groupes d’information sur l’éducation, accès libre aux connaissances sur l’éducation et les carrières (banques de données, services électroniques libre accès), planification de la réadaptation professionnelle, placement et consultation en réadaptation (placement), ainsi que la consulta-tion en matière de réadaptation professionnelle : orientation professionnelle, consultation professionnelle et planification de carrière) afin d’améliorer la situation des personnes exclues. Cela exigerait des recherches scientifiques. Il peut arriver facilement que les objectifs internes des politiques l’emportent sur les besoins réels des clients.

Distinction entre les services d’orientation offerts
Ministère du Travail : dans le cadre des services d’orientation offerts dans les bureaux d’emploi, dont il fut question précédemment, les services de consultation offerts sont les suivants :
– Orientation professionnelle et planification de carrière : consultation personnelle ou collective, servi-ces d’orientation ouverts, programme libre-service d’orientation professionnelle.
– Services d’information sur l’éducation et les carrières : conseils sur les choix d’études et de forma-tion, groupes d’information sur l’éducation, information sur l’éducation et les carrières en libre-service (banques de données, libre-service électronique).
– Planification de réadaptation professionnelle : placement et consultation en réadaptation (services d’emploi) ou consultation en réadaptation professionnelle ( orientation professionnelle).
– Conseil national de l’éducation : dans les années 90, les services de consultation auprès des jeunes étaient davantage centralisés dans les écoles et les établissements d’enseignement. Mais comme le taux de chômage a augmenté, l’administration de la main-d’œuvre a dû porter son attention sur la population adulte et sur les personnes en chômage prolongé. L’administration de la main-d’œuvre n’avait pas beaucoup de ressources à consacrer au soutien de la consultation dans les établissements d’enseignement mais en principe, toutes les écoles et tous les établissements d’enseignement se doivent d’offrir des services de consultation, en vertu de la loi qui régit les écoles.
– Universités : ces dernières années, les universités ont établi des services d’orientation et de consul-tation pour promouvoir les relations entre la vie active et le placement. Ces services collaborent avec les bureaux d’emploi qui, en même temps, ont mis sur pied environ 20 autres bureaux de conseillers pour la réalisation de cette collaboration. Les conseillers travaillent soit dans les bureaux d’emploi, soit en passant une partie de leur temps dans les centres de recrutement des universités et c’est souvent le cas,. Les centres d’éducation permanente des universités s’occupent aussi de promouvoir les rapports avec la vie active, tout comme les nouveaux services de recrutement et de planification de carrière. De plus, dans les derniers efforts de développement déployés dans le cadre des activités de recherche des universités, on a insisté sur la collaboration avec les entreprises et le partage des fonds venant de l’extérieur s’est accru considérablement. (OCDE/Finland Background Report, 1999). Un système parallèle a aussi été créé dans les écoles polytechniques.
Exemples des modes de prestation de services d’orientation
Les services du ministère du Travail se retrouvent surtout aux points de service des bureaux d’emploi et, dans une moindre mesure, aux points de service des organismes coopérants (p. ex., les établis-sements d’enseignement). La production de documentation écrite ou vidéo par ordinateur aux fins de libre-service et de diffusion d’information prend de l’ampleur dans le domaine de la consultation en général. En effet, on a jugé nécessaire de créer des services personnels et un libre-service en paral-lèle pour répondre aux besoins des différents groupes de clients et des diverses tranches de la population.
En Finlande, le ministère de l’Éducation a commencé à élaborer un portail national et interactif sur In-ternet pour offrir à tous les citoyens des informations sur les possibilités d’éducation, de formation et d’emploi. Ce projet « Opintoluotsi » est financé par l’ESF. Pour la première fois, il sera possible de trouver de l’information complète et fiable concernant tout l’enseignement public à une seule adresse Internet. Parmi les services qui y figureront, on trouvera l’orientation, le soutien aux innovations pé-dagogiques et les possibilités d’études trouvées àl’intérieur du réseau d’information. Le projet « Opintoluotsi » a été lancé en juin 2000 et se poursuivra jusqu’en 2006. Le site Web sera accessible pendant la phase pilote de l’automne 2001. Il servira aussi de ressource virtuelle au personnel char-gé de l’orientation scolaire. Des études seront aussi menées sur ce sujet. Aux premières étapes de la recherche, on recueillera de l’information sur les méthodes de travail et les projets nationaux et inter-nationaux ainsi que sur les expériences connexes d’utilisateurs. Ces études ont pour but d’établir comment les services « Opintoluotsi » peuvent soutenir l’élaboration de politiques d’orientation et de consultation et les façons de se servir des expérience pratiques vécues en orientation pour éventuel-lement mettre au point le service dans son ensemble. Elles viseront aussi à déterminer comment les services utilisant la technologie de l’information influencent le travail des professionnels de l’orientation et de la consultation.
Apaja Centre, Université d’Helsinki : ses modalités de consultation : consultation individuelle, collec-tive ou dans le cadre d’un cours d’orientation, en personne ou sur Internet. Il est également possible d’obtenir la documentation requise pour créer sa propre entreprise. Divers médias sont aussi utilisés. Le service Internet du Centre est national et ouvert à toute personne d’expression finlandaise dans le monde.
Possibilités de maximiser et de démontrer la rentabilité des services d’orientation

  • Ministère du Travail : Aucune analyse financière précise n’a été effectuée pour connaître le rapport coûts-bénéfices, même si dès les années 80, l’administration de la main-d’œuvre contrôlait les heu-res de travail des fonctionnaires responsables et avait établi un système d’analyse comparative. Il est évident que la consultation individuelle dispensée par des psychologues est plus coûteuse que le libre-service mais, d’un autre côté, il est difficile de comparer les coûts des différents modes de service avec les résultats obtenus.
  • Conseil national de l’éducation : L’observation des élèves aide grandement à mesurer l’efficacité des services offerts: placement et inscription à des études complémentaires. Certains établissements d’enseignement peuvent effectuer un suivi direct. Statistiques Finlande fournit de l’information, mais avec un délai d’environ 18 mois. Cependant, comme il n’existe aucun règlement quantitatif sur la consultation, l’étendue de la consultation et la qualité de la mise en œuvre varient donc énormément. La pénurie de plus en plus grande de conseillers formés freine la mise en œuvre des services de consultation. Le nombre de personnes faisant des études professionnelles pour devenir conseillers ne correspond à celui de ceux qui quittent le domaine. Cet exode de professionnels qualifiés est attri-buable aux départs à la retraite et au passage vers d’autres emplois. Selon le ministère de l’Éducation, il n’existe actuellement aucune information, à l’échelle nationale, sur les coûts réels des services d’orientation.
  • Universités : Au cours des dernières années, le milieu universitaire a insisté sur la responsabilité des universités sur le placement de leurs diplômés. Par conséquent, le placement d’un étudiant constitue l’un des indicateurs de rendement établis pour les universités et sert aussi de base pour accorder des fonds de roulement sur la base du rendement (OCDE/ Finland Background Report, 1999)
  • Apaja Centre, Université d’Helsinki : efficacité des services : l’utilisation de techniques de marketing pourrait être intensifiée. L’évaluation des activités et de la satisfaction de la clientèle est cependant constante et c’est un constat d’efficacité qui en ressort. De légers progrès ont été accomplis au cha-pître du placement et le respect du plan d’action individuel des étudiants l’a été dans sa globalité (voir la section se rapportant aux objectifs). Autrement dit, de bons résultats à différents degrés ont été obtenus et pour les mesurer, l’observation des réactions de la clientèle est devenue pratique courante et un certain contrôle des résultats est exercé.

Collaboration, concurrence et complémentarité : garantir la qualité de la prestation dans tous les secteurs
En Finlande, les services d’orientation sont entièrement publics et ce, à tous égards; la consultation dans les établissements d’enseignement est assurée par le ministère de l’Éducation, tandis que les services de l’administration de la main-d’œuvre englobent toutes les parties. Il n’y a aucune concurrence; l’objectif est de répartitir la main-d’œuvre raisonnablement. Du point de vue du ministère de l’Éducation, on s’efforce de veiller à ce que des services de consultation de base soient à tout le moins dispensés dans tous les secteurs d’éducation sous sa responsabilité. Mais cela ne suffit pas nécessairement.
L’organisation centrale des employeurs et, dans une certaine mesure, les syndicats s’engagent à produire de la documentation d’information appuyant la planification de carrière et l’élaboration d’activités de consultation et de services d’éducation permanente à l’intention des conseillers. Ce type de production éducative est sou-vent planifié en collaboration avec des représentants de l’administration de la main-d’œuvre et de l’administration de l’enseignement et il englobe l’expertise fournie par le milieu, comme l’Association finlandaise des conseillers d’orientation. Les conseillers se chargent d’une grande partie de l’éducation permanente aux divers niveaux et, en pareils cas, il est important que l’éducation soit perçue comme étant d’actualité et essentielle. Il y a lieu que les différents milieux apportent leur soutien et il faudrait augmenter encore la collaboration afin d’éliminer le chevauchement.
Au cours des dernières années en particulier, on a énormément produit de documentation car il risque d’y avoir pénurie de travailleurs de nombreux domaines. Ayant le recrutement comme préoccupation première, cette production de documentation comprend d’attrayants dépliants, des vidéos et de l’information tirée de pages Web. La concurrence se fait sentir. Par exemple, des syndicats et des associations plus riches organisent à grands frais des campagnes d’information très importantes.
Au cours des deux dernières années, deux groupes de travail nationaux ont été à l’œuvre. À l’initiative de l’Association finlandaise des conseillers d’orientation, le ministère de l’Éducation a créé l’un d’eux au printemps 99 pour observer la formation des conseillers et ce, dans le but d’analyser la formation des conseillers et sa qualité et d’évaluer les besoins futurs du point de vue quantitatif. Des représentants de diverses unités d’enseignement et des fonctionnaires du ministère de l’Éducation et du Conseil national de l’éducation ainsi que deux représentants des conseillers constituent ce groupe de travail. Actuellement, il prépare le rapport final où seront proposées diverses mesures et la publication est prévue pour la fin de mars 2001.
Un autre groupe national de coopération, créé par le ministère du Travail au printemps 1999 et pour une durée de deux ans, s’occupe de l’orientation professionnelle des jeunes, des services d’emploi et de l’orientation scolaire. Le groupe de coopération avec les écoles a presque terminé son mandat et on attend ses conclusions et propositions d’amélioration sur les sujets suivants, notamment :
– la collaboration entre les conseillers des écoles polyvalentes, des écoles secondaires de niveau su-périeur et des établissements professionnels (orientation professionnelle, service d’information sur les carrières et l’éducation, services d’emploi pour les jeunes) sur l’éducation des jeunes et l’orientation vers la vie active;
– la mise en valeur des services d’orientation et de recrutement dans les écoles professionnelles et po-lytechniques et la collaboration avec les bureaux d’emploi.
Le groupe présentera aussi des propositions sur des projets destinés à prévenir l’exclusion des jeunes qui sortent de l’école polyvalente, à transmettre de bonnes méthodes et de bons projets aux administrations de l’enseignement et de la main-d’œuvre et à promouvoir les banques de données, les systèmes d’information et les communications électroniques favorisant la consultation et l’évaluation des besoins d’amélioration. De plus, le groupe de travail avait pour objectif de soutenir l’élaboration et l’échange d’information sur la collabo-ration aux niveaux local et régional en matière de consultation en organisant des séminaires et des séances de consultation.
Exemples de collaboration régionale

La collaboration régionale a pris de l’ampleur dans la région de Tampere, entre autres. Le comité de l’orientation, de la consultation et des services d’emploi de la région a organisé des cours de forma-tion mixtes, y compris des programmes d’apprentissage en cours d’emploi, des sessions portant sur la qualité des interventions en consultation et sur les aspects effets de la coopération en consultation. Ce comité s’occupe aussi activement d’activités internationales, ayant organisé au printemps 2001, le programme universitaire à l’intention des experts en consultation provenant de différentes parties d’Europe. Ainsi, réseautage signifie collaboration pédagogique, échange d’experts et réseaux d’information. Le plan d’action de l’Association finlandaise des conseillers d’orientation est axé sur l’importance de la collaboration et de son développement de concert avec les administrations de la main-d’œuvre et de l’éducation. La nécessité de mettre en valeur la collaboration en matière de consultation est d’une importance capitale pour le comité et on tient à maintenir cette tendance.
Une autre action du comité consiste à réorganiser, une fois de plus, l’année de transition après l’école polyvalente, afin de pouvoir offrir des activités significatives et axées sur des objectifs précis à l’intention des élèves dont la demande d’admission à l’établissement d’enseignement supérieur choisi a été rejetée, ou qui n’ont pas de plan clair et précis pour leurs études complémentaires, ou encore dont la situation est totalement embrouillée. On prend divers moyens concrets à Tampere pour vrai-ment personnaliser l’aide apportée: un élève donné peut se concentrer sur des matières importantes à l’école secondaire de niveau supérieur, un autre peut se familiariser davantage avec l’enseignement professionnel, certains autres peuvent mettre l’accent sur les possibilités d’emploi, alors que d’autres mettent l’emphase sur l’apprentissage de la maîtrise de leur propre vie. Ce genre d’activités adaptées aux besoins précis de la clientèle a permis d’accroître la collaboration entre les divers secteurs administratifs pendant l’année scolaire. Jusqu’à présent, malgré des résultats encore provisoires, ils semblent tout à fait prometteurs. Il faut du temps pour rendre différentes cultures ad-ministratives compatibles, mais le fait de clarifier la situation des jeunes en question et de prévenir leur exclusion future sur le marché du travail étant des objectifs clairs et précis, les diverses parties semblent heureuses de déployer ensemble les efforts nécessaires pour les atteindre. Dans la ville de Tampere, un conseiller se consacre partiellement à la coordination des activités propres à cette année de transition.
Autres exemples de collaboration
Le Centre pour la mobilité internationale (Centre for International Mobility -CIMO) fait la promotion de l’interaction et de la mobilité internationales en éducation, en formation, au travail et chez les jeunes. Le CIMO, en tant que centre national de ressources pour l’orientation professionnelle (CNROP) en Finlande, appartient au réseau transnational Euroguidance qui se compose d’organismes partenaires de l’Union européenne et d’États membres de la région économique d’Europe ainsi que des pays d’Europe centrale et d’Europe de l’Est. Les CNROP prônent la dimension européenne dans les struc-tures nationales d’orientation scolaire et professionnelle, en étroite collaboration avec les autorités responsables de l’éducation et de la main-d’œuvre. Les experts et les praticiens en orientation, comme les conseillers d’orientation, les psychologues en orientation professionnelle, les euro-conseillers et les agents d’information travaillant aux administrations de la main-d’œuvre et de l’éducation et traitant des questions de mobilité internationale, forment le principal groupe cible du CIMO, en tant que CNROP en Finlande.

Qualifications professionnelles basées sur la compétence :

Les adultes ont la chance d’acquérir une qualification professionnelle officielle émise à la suite de tests de compétences spéciaux, peu importe la manière dont ils ont, au départ, acquis les dites compétences . Autant que possible, les tests ont lieu en situation réelle de travail. Les participants à l’évaluation sont: les enseignants de l’établissement d’enseignement, les représentants des organisations d’employeurs et d’employés, les entrepreneurs et la personne qui subit le test. La vie active joue un rôle de premier plan dans la plani-fication et l’évaluation des tests de compétences. Il existe un comité national ou régional pour chaque qualification basée sur les compétences, comité composé d’employés et d’employeurs du secteur, d’enseignants et d’entrepreneurs.

Dans le domaine de la formation professionnelle des adultes, des méthodes d’orientation et de consultation ont été surtout établies dans le cadre de la création de programmes d’études personnels (PEP) pour les élèves adultes. En vertu de la loi, les établissements d’enseignement en Finlande doi-vent, depuis 1992, mettre sur pied des PEP pour les étudiants adultes. Au début de l’an 2000, le Conseil national de l’éducation a publié une ordonnance pour tenter de créer des principes unifiés d’établissement de PEP. La personnalisation des études, issue de l’éducation des adultes, s’étend même à l’éducation des jeunes et on retrouve les mêmes éléments dans les plans de perfectionne-ment personnel appliqués à la vie active (Harju et autres, à venir).

Le Programme national axé sur l’âge 1998-2002 a pour but d’améliorer la situation sur le marché du travail et de l’enseignement des personnes âgées de plus de 45 ans. Ce programme doit être réalisé en collaboration avec plusieurs ministères. Parmi les autres partenaires coopérateurs, on trouve des organismes experts représentant les domaines de la santé et la sécurité au travail, de la réadaptation précoce et des pensions et des établissements de recherche et des spécialistes de la vie active et de l’apprentissage. Les organismes du marché du travail interviendront également. L’objectif de ce pro-gramme consiste à évaluer les effets du vieillissement et les besoins de changement pendant la vie active et à diffuser l’information reconnue comme étant la plus récente sur l’emploi de personnes âgées. Il semble que les nouvelles méthodes de consultation et que l’idéologie de la gestion des car-rières doivent tenir compte de l’incertitude que vivent les personnes de 45 ans ou plus face à la vie professionnelle active et à l’éducation.

Le Plan directeur finlandais pour le design en développement de vie/carrière crée un modèle de ser-vices de consultation basés sur les besoins et pouvant être retrouvés sur Internet. Le projet doit être réalisé en collaboration avec les conseillers de tout le secteur. Les professionnels et les responsa-bles de développement de politiques en matière de consultation disposeront d’un nouvel outil pour clarifier les objectifs de consultation, évaluer la qualité des services de consultation et remédier aux lacunes qui existent dans ces derniers. La collaboration concrète entre les différentes parties à la consultation entrera toujours en ligne de compte dans la planification, la mise en œuvre et l’évaluation de la consultation. À long terme, on établira pour le secteur de la consultation un ensem-ble plus uniforme de termes et de notions partagés par tous les professionnels concerné. À l’étape de la planification du Plan directeur, le Centre national en vie-carrière et la FCAC ont prêté leur aimable concours au projet.
Orientation scolaire et services d’orientation et de recrutement. Les services d’orientation et de recru-tement sont planifiés localement ou régionalement selon une collaboration entre les établissements et les bureaux d’emploi. Les méthodes d’organisation varient, dans une certaine mesure, selon la ré-gion car la responsabilité organisationnelle repose sur les établissements dont les modes de fonc-tionnement et les domaines d’enseignement déterminent également la nature des services fournis. Quelques initiatives nationales ont aussi été prises, comme par exemple celles des écoles polytech-niques qui ont lancé à l’automne 2000 une plate-forme nationale sur Internet pour leurs services d’orientation et de recrutement (http://www.jobstep.fi). Ces objectifs font partie du programme d’emploi du gouvernement (1995) et de la loi réformée sur l’éducation.

L’Apaja Centre de l’Université d’Helsinki est un modèle de services d’orientation et de recrutement en milieu universitaire. Le Centre a entrepris la diffusion et la commercialisation d’information conjointe avec l’AKAVA, le syndicat des employés d’université, des projets conjoints avec le bureau d’emploi, des réunions avec divers employeurs, et ainsi de suite. Il se peut que certaines groupes offrant des services parallèles estiment qu’il y a concurrence mais du point de vue de l’ensemble des besoins du client, il semble essentiel de s’engager à atteindre des objectifs communs et de permettre ainsi d’appuyer et de diriger le client de manière cohérent. L’harmonisation de l’éducation dans le do-maine de la consultation favoriserait la clientèle et donnerait en même temps naissance à des ré-seaux efficaces de conseillers. La Finlande compte très peu de fournisseurs de services privés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s