L’information sur les conventions collectives au Danemark

Un rapport de 2003, toujours d´actualité, de l´Inspection Générale des affaires sociales (Christine DANIEL) que l´on peut télécharger sur le site de la Documentation Francaise (Lien ci-dessous). Voici une simple présentation résumée.

Résumé du rapportLe système danois de relations professionnelles se caractérise à la fois par un rôle central de la négociation collective dans l’élaboration des normes de travail et par des taux d’adhésion très élevés aux fédérations tant patronales que syndicales (taux de syndicalisation de 85 % et 50 % des salariés employés dans des entreprises affiliées à des organisations patronales). Ces deux caractéristiques expliquent le fait que les pouvoirs publics n’interviennent pas dans le processus de négociation collective : il n’existe pas de procédure légale d’extension des accords et la diffusion des normes conventionnelles issues des accords relève exclusivement de la compétence des organisations signataires : il n’existe pas au Danemark de procédure centralisée de dépôt des accords, pas plus qu’il n’existe de publicité des accords dans des supports tels que les Journaux officiels.

La négociation collective est organisée en 3 niveaux:

– des accords nationaux interprofessionnels cadres, signés entre la principale organisation patronale du secteur privé DA et la principale confédération syndicale LO ; ces accords définissent notamment les procédures de la négociation sectorielle. Ils ont établi depuis l’accord historique de 1899 une clause dite de paix sociale qui implique que la grève n’est possible qu’au moment du renouvellement d’un accord et est au contraire interdite pendant la durée d’application d’un accord ;

– les accords nationaux sectoriels constituent l’essentiel du droit conventionnel. Ils définissent à la fois les normes individuelles de travail dans un secteur (salaires minimaux, temps de travail, congés, régimes de protection sociale complémentaires…) et les règles relatives aux relations collectives de travail (règles relatives aux représentants syndicaux élus dans l’entreprise, seuils, crédits d’heures, modalités des élections sociales dans les entreprises…). Les accords nationaux sectoriels sont négociés dans un cadre strict centralisé, avec une périodicité de renouvellement identique pour la totalité des accords du secteur privé. Cette périodicité était de deux ans mais le dernier accord signé le 1er mars 2000 est en vigueur jusqu’au 1er mars 2004 ;

– les accords locaux signés au niveau des entreprises qui doivent respecter les stipulations établies par les accords sectoriels. Ces accords locaux ne sont pas soumis aux mêmes conditions formelles de négociation que les autres dans la mesure où leur renouvellement n’autorise pas à rompre le s clauses de paix sociale.

Dans les faits, l’information des salariés est assurée par les représentants syndicaux élus dans l’entreprise. Pour les employeurs, les fédérations patronales jouent un rôle déterminant. De l’avis unanime des interlocuteurs de la mission, il n’y a pas de difficulté d’accès aux textes des accords, ni plus largement de difficulté à accéder au droit conventionnel pour les salariés comme pour les employeurs. Le rapport fournit plusieurs exemples concrets des politiques d’information de leurs adhérents conduite par les fédérations, notamment dans le secteur du bâtiment, dans le secteur financier et dans la métallurgie. Toutefois, interrogés par la mission, les interlocuteurs danois ont admis qu’il pouvait exister des limites à la couverture conventionnelle, dans des entreprises qui n’adhèrent pas à une fédération patronale et n’ont pas signé de convention collective. Dans ces entreprises, spécialement les petites, l’information des salariés non syndiqués peut également poser des problèmes.

En revanche, aucune organisation ne centralise les accords signés ni ne produit de statistique globale sur l’activité conventionnelle. Cette situation pose quelques difficultés aux représentants syndicaux élus dans l’entreprise en charge de négocier les accords locaux. Se développent ainsi des réseaux d’échanges des bonnes pratiques de négociation au niveau de l’entreprise pour répondre aux besoins d’échanges des négociateurs de terrain.

Par ailleurs, le processus de négociation collective a récemment évolué dans le secteur financier vers une plus grande décentralisation. Dans un certain nombre de domaines, spécialement pour ce qui est des dispositions salariales, les accords d’entreprise peuvent désormais se substituer ou compléter l’accord de branche. Cette évolution s’est accompagnée d’une transposition au niveau de l’entreprise des procédures de médiation traditionnellement appliquées au niveau sectoriel.

Le rapport complet en PDF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s